Discours » Discours du Président de la République lors du Sommet sur la pauvret

  • Monsieur le Président de la République Populaire de Chine, mon cher frère Xi Jinping ;

     Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement ;

    Distingués Invités ;

    Mesdames et Messieurs.

    S’il est un domaine qui, en ce 21ème siècle, a connu des avancées fulgurantes, c’est bien la coopération Sino-africaine. Celle-ci s’impose aujourd’hui comme un modèle ; je voudrais donc, en cette circonstance solennelle, rendre un hommage mérité aux peuples Africains et Chinois qui se font mutuellement confiance et qui se donnent la main pour un avenir radieux.

    C’est aussi le lieu pour moi d’exprimer, au nom du peuple Tchadien, toute ma gratitude, au peuple Chinois pour l’excellence des relations qui existent entre nos deux pays. Je voudrais également dire, grand merci, à mon ami, le président Xi Jinping pour l’honneur qu’il m’a fait en m’invitant à prendre part à ce sommet combien important sur le développement et la lutte contre la pauvreté.

    On ne le dira jamais assez, la pauvreté est la cause principale de tous les maux dont souffre le monde et particulièrement l’Afrique. Elle fait le lit du terrorisme qui s’y abreuve à volonté et fait des ravages dans nos pays.

    Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,

    Il est aujourd’hui inadmissible qu’une frange importante de nos populations ne puisse  disposer de ressources suffisantes, accéder à des biens et services les plus élémentaires pour mener une vie digne.

    Si la mise en œuvre, dans nombre de pays, de la stratégie de réduction de la pauvreté, a contribué à réduire substantiellement les effets de la pauvreté, en faisant passer pour la première fois sous la barre de 10% en 2015, le nombre des personnes vivant dans l’extrême pauvreté, comme l’indiquent les prévisions de la banque mondiale, cette stratégie donc n’a malheureusement pas produit, les résultats escomptés, faute des mesures d’accompagnement appropriées sinon suffisantes.

    La communauté internationale est à cet égard interpelée et doit donc mettre les bouchées doubles si elle veut éradiquer l’extrême pauvreté à l’horizon 2030.

     

    Mesdames, Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement ;

    La pire des pauvretés est en Afrique au sud du Sahara ; elle y est des plus préoccupante parce qu’elle plombe et annihile tous les efforts. Mais sans être fatalistes, nous devons agir et agir vite pour inverser la tendance.

    Dans cette optique le présent Sommet ainsi que l’annonce faite par le Président Xi  lors de la dernière Assemblée Générale de l’ONU en faveur des pays en développement, notamment l’initiative des « six 100 »  sont des opportunités à saisir.

    C’est le lieu pour nous de remercier le président Xi qui, par cet acte, est venu confirmer tout le bien qu’on pense de la Chine, ce beau et grand pays.

    La Chine a, en effet, montré à la face du monde qu’il est possible de changer de statut ; ainsi pour peu qu’on ose, on peut passer de pays pauvre à pays riche.

    Merci chers amis  Chinois, pour cette belle leçon !

    Monsieur le Président de la République Populaire de Chine,

    Votre pays est un exemple de réussite et un modèle à suivre : Les réformes que vous avez engagées ont entrainé la transformation de votre pays qui a acquis aujourd’hui la notoriété d’une superpuissance mondialement reconnue.

    Votre pays, par des stratégies propres, a pu aider plus de 300 millions de ses habitants à sortir de la pauvreté en l’espace de quelques années.

    Mesdames, Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement ;

     Mon pays le Tchad, fait face en ce moment à une conjoncture difficile. La lutte contre l’extrême pauvreté à peine gagnée, un autre fléau pas des moindres, le terrorisme, est venu  porter un coup dur à nos efforts. Toutes les ressources que nous avons  mobilisées pour éradiquer la pauvreté ont été redéployées pour combattre le groupe  terroriste Boko Haram qui sévit dans le bassin du Lac Tchad.

    En sus de nos engagements dans la lutte contre les djihadistes au Nord Mali, ces situations ainsi créées grèvent lourdement nos dépenses budgétaires, tandis que nos ressources ont tari du fait de la chute drastique des cours du pétrole. L’insécurité qui s’est installée dans la sous région a entrainé des  perturbations dans nos échanges  commerciaux avec les pays voisins, en particulier le Cameroun, la Libye et le Nigeria qui sont par ailleurs nos  seules voies d’accès à la mer,  avec comme conséquences directes la hausse des prix et le dérèglement généralisé de  notre économie.

    Le mécanisme sous-régional de lutte contre Boko Haram est une chance qu’il faut saisir pour mettre hors d’état de nuire la secte ; mais cet instrument a du mal à accomplir sa mission. Je demande donc solennellement à la Chine de le soutenir ; cela y va de l’intérêt de l’Afrique toute entière.

    Dans le même temps, le Lac Tchad, source de vie de plus de 30 millions de personnes est aujourd’hui menacé de disparition tant il subit de plein fouet les effets du changement climatique. De 25 000 km2 dans les années 50, le Lac Tchad aujourd’hui couvre une superficie de moins de 5000 km2.

    La situation est d’autant plus préoccupante que même ses ressources halieutiques se sont amenuisées au grand dam des populations des quatre pays riverains que sont le Cameroun, le Niger, le Nigéria et le Tchad.

    Le désert quant à lui, avance à un rythme accéléré, rendant ainsi infertiles nos terres jadis cultivables et d’où nos populations tirent leurs moyens de subsistance.

    L’agriculture mécanisée et moderne que nous appelons de tous nos vœux peine à se concrétiser à cause du manque de maitrise des techniques mais aussi de l’eau.

    Notre pays dispose d’une hydrologie certes importante mais paradoxalement l’agriculture reste tributaire des eaux des pluies.

    Si le désert, de par l’aridité qu’il répand pose problème aux agriculteurs et aux éleveurs, il est encore plus cruel à l’endroit des jeunes Africains candidats à l’immigration. Ils sont des milliers chaque année à périr dans le désert ou dans la mer. Fuyant la misère en Afrique dans l’espoir d’aller gagner leur vie en Occident, celui-ci leur ferme ses portes, le désert et la mer deviennent alors des cimetières pour  eux.

    Nous avons l’impression que l’Afrique ouvre généreusement ses portes au reste du monde qui malheureusement ne lui rend pas la politesse.

    Monsieur le Président, Cher Ami Xi JINPING,

    Pour ce qui concerne le Tchad, malgré les difficultés ci-haut évoquées, nous avons pu, au cours de ces dernières années, grâce à une volonté réelle et à des choix pertinents, faire reculer la pauvreté et amorcer une croissance soutenue comme en témoignent les indicateurs ci-après.

    Entre 2003 et 2011, la pauvreté a reculé de 11 points, passant de 55% à 46,7%. Le Plan National de Développement (PND) 2013-2015 à travers lequel nous avons poursuivi les efforts de lutte énergique contre la pauvreté a permis de réaliser des progrès notables au cours des deux premières années de sa mise en œuvre.

    Le revenu par tête d’habitant en parité de pouvoir d’achat est passé de 1604 dollars en 2013 à 1622 dollars en 2014

     La part de l’agriculture dans le PIB a atteint 30% en 2014 alors que l’objectif visé en 2015 est de 25% ;

    La production céréalière a augmenté de 5% par rapport à 2013 et de 12% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;

    La proportion des populations en insécurité alimentaire est passée de 22% en 2013 à 20% en 2014.

    Le pourcentage des routes permanentes accessibles en toute saison est passé de 20% en 2000 à 87% en 2014 ;

    Le taux d’accès à l’eau potable est passé de 37% en 2011 à 52,5% en 2014.

    Dans le domaine social, nous avons mis l’accent sur l’éducation et la santé dont les indicateurs ont connu une nette amélioration ces cinq dernières années.

    Afin de parvenir à une croissance véritablement inclusive, nous venons d’élaborer une Stratégie de Protection Sociale (2016-2020) qui vise à créer des filets de sécurité, de telle sorte que personne ne sera laissé derrière.

    Notre ambition est de booster notre croissance économique en mettant un accent particulier sur les secteurs productifs créateurs de valeur ajoutée soutenus par des infrastructures routières et énergétiques adéquates et des technologies d’information et de communication qui soient capables d’induire une transformation structurelle de notre économie.

    La jeunesse de notre population sera transformée en dividende démographique créant les conditions d’un véritable développement axé sur l’homme, maitre de son destin.

    Nous comptons concrétiser ces choix à travers une vision stratégique sur quinze ans portant les bases d’un Tchad émergent à l’horizon 2030. Les voies et moyens devant nous conduire à cette émergence sont en train d’être définis. Cette vision sera déclinée en 3 plans quinquennaux dont le premier couvrira la période 2016-2020.

    Monsieur le Président de la République Populaire de Chine,

    Il va sans dire que les injustices  dans le monde sont nombreuses et nos pays, seuls, auront du mal à s’en sortir. C’est pourquoi il est souhaitable que la Chine continue son leadership sur les questions de gouvernance mondiale.

    De même nous soutenons la Chine dans sa démarche tendant à promouvoir la réforme de l’Organisation des Nations Unies pour permettre aux petits Etats d’y être mieux représentés notamment au conseil de sécurité.

    C’est d’ailleurs la position constante de l’Afrique dite consensus d’UZULWENI.

    Monsieur le Président,

    Nous sommes convaincus qu’un  partenariat gagnant-gagnant entre nos pays, sous-tendu par une coopération multiforme impliquant le secteur privé et le secteur public sera notre voie de salut.

    Le Tchad avec ses potentialités énormes : Près de 40 millions d’hectares de terres cultivables, plus de 16 millions de têtes de bétail, d’inestimables ressources minières et pétrolières, offre une opportunité inégalable pour une prospérité partagée entre nos deux pays.

    Nous pouvons ainsi tirer le maximum de profit d’une coopération sud-sud fructueuse et mutuellement avantageuse.

    La Chine a décomplexé l’Afrique en lui offrant son soutien multiforme et des possibilités de diversification de ses relations dans le respect et la considération mutuels.

    L’avenir nous appartient ; c’est à nous de poser des jalons solides.

    Je souhaite plein succès à notre Sommet et  vous remercie de votre aimable attention.  

-->

Flash Infos

  • PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Le Président de la République IDRISS DEBY ITNO poursuit son séjour privé à Paris (France).