FONCTION PUBLIQUE:LE RYTHME DE RECRUTEMENT DES JEUNES EVALUE

FONCTION PUBLIQUE:LE RYTHME DE RECRUTEMENT DES JEUNES EVALUE

Les membres de la Commission spéciale chargée du recrutement de 20 000 jeunes diplômés à la fonction publique se sont réunis ce matin, au Palais présidentiel sous la conduite du Ministre d’Etat, Ministre Secrétaire général de la Présidence de la République, par ailleurs président de ladite commission, M. Kalzeubé Payimi Deubet. La rencontre a procédé à une évaluation de l’état d’avancement des travaux et les difficultés rencontrées par la Cellule technique d’appui.

Le temps était un défi majeur auquel est confrontée dès le départ la Commission spéciale chargée du recrutement de 20 000 jeunes diplômés à la fonction publique. Cet impératif est revenu sur la table ce jeudi. Lors de cette rencontre, le Ministre d’Etat, Ministre Secrétaire général de la Présidence de la République, M. Kalzeubé Payimi Deubet et les autres membres de la commission ont procédé à une évaluation du travail effectué. 200 diplomés sont déjà recrutés par Arrêtés. Ce sont des instituteurs bacheliers et instituteurs adjoints des promotions de 2003 à 2009 lauréats des écoles publiques, fait savoir le Ministre de la Fonction publique, de l’Emploi et du Dialogue social, M. Ali Mbodou Mboudoumi. Le rythme du travail est lent concède-t-il. Mais cela se justifie selon lui par l’impérieuse précaution de vérification des diplômes et le manque de moyens de la Cellule technique d’appui.

La délicatesse de la tâche est reconnue par tous les membres de la commission dont chacun est allé de son idée pour accélérer le processus d’intégration. Le Ministre d’Etat, Ministre Secrétaire général de la Présidence de la République, M. Kalzeubé Payimi Deubet a annoncé que les moyens seront débloqués d’ici le début de la prochaine semaine pour la Cellule technique d’appui. Si pour lui, le mot d’ordre ancienneté des dossiers demeure, le respect des textes régissant l’intégration à la fonction publique doit être appliqué excluant de facto les candidats atteints par la limite d’âge. Jeunesse, mais aussi mérite et profil sont entre-autres critères à considérer en fonction des besoins des Ministères. Un cap de 5 000 intégrations est fixé par le Ministre d’Etat d’ici fin septembre, prenant en compte le recrutement des enseignants scientifiques à l’Education nationale et l’intégration systématique des lauréats de l’Ecole d’agriculture de Bâ-Illi au Ministère de l’Agriculture.

C’est conformément au quota fixé préalablement aussi que le Ministre de l’Elevage verra ses besoins satisfaits. C’est dans le souci de satisfaire les besoins du Ministère de l’Education nationale qu’il a été préconisé la réaffectation de tous les enseignants en fonction dans d’autres départements afin de couvrir les besoins de leur ministère d’origine. A cette réaffectation s’ajoute le déploiement des nouvelles recrues qui doit être immédiat d’après le Ministre d’Etat Kalzeubé Payimi Deubet. De même, il a demandé à ce que le Ministère de la Fonction publique transmette systématiquement tous les dossiers des détenteurs des faux diplômes au Secrétariat général du Gouvernement afin que des poursuites judiciaires soient engagées à l’encontre des présumés détenteurs. A cet égard, l’ONECS est sollicité à délocaliser ses services au Ministères de la Fonction publique pour plus de dextérité dans la vérification des diplômes.

Par: DGCOM Le 17/09/2020 18:24