COVID-19:LA REPONSE ECONOMIQUE DE L’UA PASSEE A LA LOUPE

COVID-19:LA REPONSE ECONOMIQUE DE L’UA  PASSEE A LA LOUPE

L’Union africaine a tenu ce jeudi une réunion à distance sur la lutte contre la Covid-19. Le bureau de l’UA, les présidents des communautés économiques régionales et la Commission de l’Union Africaine ont fait le point de la situation à la lumière des résultats obtenus par les Envoyés spéciaux de l’UA au sujet de la mobilisation des ressources financières visant à aider le continent dans le cadre de la lutte contre la pandémie.

Plus que la solidarité, la lutte collective contre la Covid-19 en Afrique requiert de l’organisation mais aussi et surtout des ressources financières. La mobilisation des moyens d’ailleurs, est l’affaire d’une Task-force pilotée par les Envoyés spéciaux nommés par le Président en exercice de l’Union africaine, le Chef de l’Etat sud-africain Cyril RAMAPHOSA. Par la voix du Dr Ngozi Okonjo-Iwzala, les 5 éminentes personnalités ont eu l’occasion de présenter leur rapport qui fait ressortir la méthodologie du travail et les efforts consentis pour la mobilisation des ressources. Les engagements au niveau international et auprès des institutions financières se chiffrent 53,6 milliards de dollars américain dont 30,4 sont déjà disponibles. Ces allègements sont très encourageants, mais pour les participants, un moratoire ne suffit pas face à l’ampleur de la crise. Tout en soulignant la nécessité de bien utiliser ces ressources pour contenir la maladie et canaliser l’économie du pays, les dirigeants africains ont appelé les Envoyés spéciaux à poursuivre leur travail pour obtenir une annulation complète de la dette extérieure et un soutien financier conséquent substantiel.

Il s’agit là d’une position commune africaine partagée entièrement par le Tchad dont la position a été exprimée par le Chef de l’Etat, dont les remarques au nom de la CEN-SAD ont été portées par le Ministre des Affaires étrangères, M. Chérif Mahamat Zène. « La bataille ne peut-être gagnée que si les pays africains adaptent constamment leurs moyens de lutte à l’évolution de la pandémie », fait remarquer le représentant du Président de la République. Une harmonisation des efforts, un plan Marshall, un sommet sur la ZLEC, les propositions n’ont pas manqué pour une résilience plus forte du continent noir. Nombre de Chefs d’Etat représentant les communautés économiques régionales ont, chacun en fonction de la situation dans la zone respective, fait le point de la situation sanitaire et les perspectives au regard des tendances. S’agissant justement de l’évaluation sanitaire, le Président de la Commission de l’Union africaine, M. Moussa Faki Mahamat et Dr John Nkengasong responsable du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique), ont fait part de leur préoccupation car indiquent-ils, par endroit, la tendance est au développement de la maladie. Pour eux, l’Afrique doit prioritairement accroitre ses capacités de dépistage des cas émergents, identifier et s’occuper des personnes malades. Pour l’inscrire dans la durée, cette lutte collective doit aller plus loin en abordant la question du développement du vaccin, les essais cliniques et son accès pour tous les pays, ont estimé les participants.

Par: DGCOM Le 11/06/2020 09:45