CNDP

CNDP

Le Président de la République IDRISS DEBY ITNO a rencontré ce matin, les membres de la classe politique tchadienne. Il s’agit de présenter la liste des membres de la Majorité et de l’opposition démocratique devant siéger au Cadre national de dialogue politique(CNDP). Comme la dernière fois, la rencontre s’est achoppée sur l’indécision de l’opposition à présenter une liste consensuelle.

Le 10 juillet dernier, les acteurs politiques, Majorité et opposition démocratique, réunis à la Présidence de la République, devaient s’accorder pour mettre sur pied le nouveau bureau et les membres du Cadre national de dialogue politique(CNDP) afin d’accélérer le processus électoral enclenché. Après un long débat et devant l’intransigeance des uns et des autres, le Président de la République IDRISS DEBY ITNO suspend la plénière et accorde aux deux parties, une semaine de réflexion pour revenir avec des propositions concrètes, en tenant compte des frustrés et de la question du genre. Une liste de 15 personnes pour la Majorité et 15 pour l’opposition.

Mais ce 16 juillet, si la Majorité a présenté une liste consensuelle, ce n’est fut pas le cas de l’opposition. C’est presque le remake de 2018 qu’elle nous a servi. La lecture de la liste de ses membres devant siéger au CNDP et qui comprenait des ténors comme Yorongar Ngarlejjy, Saleh Maki ou encore Romadoumngar Félix Nialbé , le chef de file de l’opposition, a été remise en cause par la salle, du moins par certains partis qui estiment être mis à l’écart et que les critères de choix n’ont pas été respectés. Brice Mbaimon et Djimet Clement Bagaou, trouvent que le chef de file de l’opposition adopte une position hasardeuse et ils sollicitent même un report de la rencontre pour permettre à l’opposition de se retrouver et désigner ses membres par consensus.

« Le chef de file de l’opposition s’est retrouvé chez lui pour faire sa liste, au lieu d’organiser une assemblée générale pour s’entendre sur les noms », lance le président du MPTR.

Ce n’est pas l’avis de chef de file de l’opposition et de Mahamat Lazina dont le nom figure sur la liste. Pour eux, une main invisible divise l’opposition et certains font de la fuite en avant. « C’est dommage qu’on étale de cette façon nos cuisines internes. La liste a été décidée de manière consensuelle. Certains leaders des partis politiques veulent perturber le processus électoral. Ce n’est pas responsable qu’on se tiraille », lui répond, Mahamat Lazina, président du parti MNCT.

Face à la cristallisation du débat, le Chef de l’Etat suggère que l’opposition se retrouve, dans son ensemble, pour désigner de manière consensuelle ses membres, non sans rappeler le respect des textes relatifs à l’autorité du chef de file de l’opposition.

48heures sont donc données à l’opposition de déposer sa liste afin de mettre en place le nouveau Cadre national de dialogue politique dont le mandat est d’un an, décidé de commun accord entre la Majorité et l’opposition démocratique
.
Avant de lever la séance, la question de la subvention des partis politique a été à nouveau remise sur le tapis. Sur ce point précis, le Chef de l’Etat a renvoyé les partis auprès de la Cour suprême, seule habilitée à décider selon les critères d’éligibilité.









Par: DGCOM Le 16/07/2019 17:07