CEEAC

CEEAC

Le Président de la République IDRISS DEBY ITNO a reçu ce matin, le Secrétaire général de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), notre compatriote, M. Ahmad Allam-mi. La question de la sécurité dans la sous-région et le processus de réforme de l’institution étaient au centre de l’entretien.

La Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale(CEEAC) entame son processus de réforme. L’organisation créée voilà 35 ans opère peu à peu sa mue. C’est pour évoquer cette question mais aussi la situation économique ainsi que sécuritaire dans l’espace Afrique centrale que le Secrétaire général de la CEEAC, notre compatriote, Ahmad Allam-mi est venu rencontrer le Président de la République IDRISS DEBY ITNO, ce mardi, 04 décembre 2018. S’il a en main les dossiers susmentionnés, le patron de la CEEAC est venu aussi rendre compte au Chef de l’Etat des activités liées au fonctionnement de son organisation.  « Je me dois de rendre compte de la vie de la communauté, de la situation dans la sous-région et de recueillir ses conseils et ses orientations pour bien mener ma mission. Je suis satisfait de l’audience que le Chef de l’Etat m’a accordée. On a fait le tour de toutes ses questions.  La 2ème raison de ma présence ici à N’Djaména, ce que ma demande d’audience coïncide avec la tenue d’une réunion semestrielle du Comité consultatif des Nations unies en charge des questions de paix et de sécurité en Afrique centrale. Le Tchad va prendre la présidence de ce comité pendant six mois. C’est une réunion ministérielle traditionnelle qui se tient. Evidemment, comme elle porte des questions de paix et de sécurité dans la sous-région, nous devons assister à cette rencontre importante », a expliqué le SG de la CEEAC.

Evoquant la question de la réforme de la CEEAC, Ahmad Allam-mi explique cela s’impose et c’est même une priorité absolue.  « La CEEAC a vraiment un besoin de réformes, parce que les textes constitutifs de la CEEAC datent de 1983. Il est temps de les mettre à jour. Et il y a dans la sous-région Afrique centrale, beaucoup d’institutions qui jouent le même rôle. Par exemple, la CEEAC et la CEMAC, ces deux institutions ne couvrent pas les mêmes pays. Les six Etats membres de la CEMAC sont aussi membres de la CEEAC alors que les cinq autres membres de la CEEAC ne sont pas dans la CEMAC. La réforme de la CEEAC s’inscrit dans le cadre de rationalisation des institutions sous-régionales en Afrique centrale. Cela veut dire que dans les années qui viennent, nous allons tous être ensemble dans une même organisation comme à la CEDEAO », a indiqué Ahmad Allam-mi.

Selon le Secrétaire général de la CEEAC, la question de la rationalisation des organisations sous-régionales est suivie par le Président Camerounais, Paul Biya. Le processus qui est en bonne voie débouchera sur une seule organisation d’ici 2023.

Par: DGCOM Le 04/12/2018 13:34



-->

Flash Infos

  • A l’initiative du Président du Nigeria, Président en exercice de la CBLT, un Sommet Extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement a lieu aujourd’hui, à Abuja (Nigeria). Le Chef de l’Etat IDRISS DEBY ITNO y prend part.