CONFERENCE INTERNATION SUR LE LACTCHAD:DISCOURS DU CHEF DE L'ETAT

CONFERENCE INTERNATION SUR LE LACTCHAD:DISCOURS DU CHEF DE L



                            


-    Mon Cher Frère ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la République du Niger et Président en exercice de la     CBLT ;
-    Mon Cher Frère MUHAMMADOU BUHARI, Président de la République Fédérale du Nigéria ;
-    Chers frères Chefs d’État et de Gouvernement ;
-    Mesdames et Messieurs les Chefs de Délégations ;
-    Monsieur le Président de la Commission de l’Union Africaine ;
-    Madame la Directrice Générale de l’Unesco ;
-    Monsieur le Secrétaire Exécutif de la CBLT ;
-    Distingués invités ;
-    Mesdames et Messieurs.

Avant tout propos, permettez moi d’adresser, au nom de ma délégation et en mon nom propre, mes sincères remerciements à mon Frère, le Président Buhari, à Son Gouvernement et au Peuple nigérian pour l’accueil chaleureux et fraternel, ainsi que pour toutes les marques d'attention dont nous faisons l'objet depuis notre arrivée dans cette belle ville d’Abuja.

Aussi, voudrais-je me féliciter de la parfaite organisation de présentes assises, et saluer la présence de tous nos partenaires et invités de marque. Cette forte présence des pays amis et des partenaires traduit à la fois une marque de solidarité de la communauté internationale et une grande prise de conscience par celle-ci de la grave menace que représente l’assèchement progressif du Lac-Tchad.

Distingués invités ;
Mesdames et Messieurs.

C’est avec beaucoup d’intérêt et d’espoir que nous prenons part à cette conférence dont l’importance n’échappe à personne quand on sait que le sauvetage du Lac Tchad est un défi écologique majeur pour le monde entier.  Le rétrécissement de sa superficie de 25.000 km2 à moins de 2.500 km2 en 30 ans, constitue indéniablement une preuve tangible des conséquences du changement climatique.

En effet, le Lac-Tchad, outre la dégradation environnementale alarmante qu’il connaît, fait face à d’énormes défis liés à l’apparition de Boko Haram exposant davantage les millions des populations riveraines à une triple vulnérabilité : écologique, sécuritaire et socio-économique. 

A cet égard, la baisse sans cesse croissante de la production agricole et halieutique entrainant fortement la pauvreté et la misère, d’une part, et le développement du terrorisme et de l’extrémisme violent véhiculés par Boko Haram avec son cortège de crises humanitaires, d’autre part, sont quelques unes des conséquences désastreuses majeures de l’assèchement du Lac-Tchad.

Par conséquent, sauver le Lac Tchad de disparition, c’est donner de l’espoir à plus de 30 millions des populations riveraines pour développer des échanges humains et commerciaux, relancer les activités agricoles et pastorales, lutter contre la misère, promouvoir l’autonomisation des femmes, soustraire les jeunes de l’emprise des idéologies obscurantistes et contenir les trafics illicites de toutes sortes.

Distingués invités ;
Mesdames et Messieurs.

L’ampleur de la tragédie résultant de la catastrophe écologique liée au rétrécissement de la superficie du Lac-Tchad, nous interpelle tous, et nous commande un réel engagement à l’échelle planétaire en faveur du sauvetage de cette précieuse réserve de biodiversité.

A cet égard, nous pensons avec beaucoup de conviction que la présente Conférence constitue une étape décisive pour engager une vaste synergie d’actions et un plaidoyer fort impliquant l’ensemble de la communauté internationale en faveur du sauvetage du Lac-Tchad.

Dans cette optique, nous devons franchir le cap des intentions et passer à la concrétisation effective du Projet de Transfert des Eaux Interbassins de l’Oubangui pour alimenter le lit du bassin conventionnel. Selon les Experts en la matière, ce projet est techniquement faisable, et permettrait un rehaussement du niveau du Lac de l’ordre d’un mètre, avec une augmentation de sa superficie de l’ordre de 5 500 km2.

Nous en appelons donc à la solidarité et à la mobilisation de tous les partenaires, des institutions de financement et du Fonds Vert en vue de matérialiser les initiatives salutaires visant à renflouer le Lac-Tchad sur la base des options dont la faisabilité et la viabilité sont scientifiquement établies sans aucun préjudice d’autres écosystèmes.

Distingués invités ;
Mesdames et Messieurs.
Comme je ne cesse de le répéter, chaque fois que l’opportunité m’est offerte de parler de la situation du Lac Tchad, réhabiliter ce bassin, c’est préserver l’avenir des générations futures, voire celui de la planète tout entière au regard de l’extrême importance de cet écosystème.

C’est pourquoi, nous demandons à tous nos partenaires et amis présents, en particulier à l’Union Africaine et à l’UNESCO, de faire du sauvetage du Lac-Tchad leur propre  préoccupation en engageant un plaidoyer fort et permanent en sa faveur dans tous les foras. A ce titre, il est important que ce point figure en permanence à l’ordre du jour des Sommets de l’Union Africaine.

Dans cette perspective, il est grand temps d’agir et d’agir vite pour tenir le pari de la préservation durable du Lac-Tchad. Notre avenir commun en dépend.

Je vous remercie.




Par: conseiller à la communication Le 28/02/2018 21:04



-->

Flash Infos

  • A l’initiative du Président du Nigeria, Président en exercice de la CBLT, un Sommet Extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement a lieu aujourd’hui, à Abuja (Nigeria). Le Chef de l’Etat IDRISS DEBY ITNO y prend part.